Actualités > Friches immobilières , une victoire à suivre...

De l'Ile Verte au quartier de Valescure, à la plage du Dramont et la baie d Agay, il n'y a que quelques lieues que l'association des amis de la corniche varoise (LACOVAR) franchit allégrement.

La ressemblance architecturale entre les deux friches immobilières incite certainement a faire le parallèle pour les défenseurs de l'environnement qui viennent, par l'intermédiaire de l'action municipale, d'obtenir une première victoire au quartier de Valescure.

L'Île Verte est promise très prochainement aux engins de démolition, semble-t-il à la satisfaction des habitants du quartier à en juger par un courrier déposé dans les boîtes à lettres par l'association de défense de Valescure, qui revendique à ce sujet sa part de travail, et celle des amis de a corniche varoise dont le président Aymar de Bagnolo écrit nans une lettre au maire :

" Grâce à votre action continue et opiniâtre, ainsi que celle de la municipalité vous avez pu obtenir de M. le Préfet l'arrêté autorisant la démolition de l'île Verte. LACOVAR tient vivement à vous féliciter pour le résultat obtenu surtout que l'affaire était loin d'être facile à résoudre compte tenu de l'imbroglio juridique. "

Dans le même courrier le président des amis de la corniche poursuit : " Pouvons nous, à l'occasion de cette démolition, vous demander de participer à l'action que mène notre association pour faire disparaître, à son tour, l'autre structure en béton, au Dramont, qui peut visible de la nationale 98, dépareiller grandement, au bord de mer, les sites remarquables que sont le Dramont, l'île d'Or et la plage du Débarquement, chargés d'historique. "

Si LACOVAR revient une nouvelle fois à la charge avec ce dossier, c'est qu'il n'est pas simple à résoudre.

Il y a d'abord l'intérêt légitime des propriétaires du lieu qui, au Dramont comme à l'Île Verte ne manqueront pas de faire valoir leurs droits, n'ayant toujours pas renoncé à obtenir un permis de construire pour achever des travaux commencés il a plusieurs années après délivrance d'une autorisation. Et si la commune veut au Dramont, comme à Valescure obtenir la démolition de cette friche il lui faudra faire constate l'état d'abandon de la friche et solliciter l'expropriation, comme dans l'affaire de l'île Verte.

Cette procédure longue, si elle aboutit comme l'espèrent les amis de la corniche varoise qui en font une question de principe, débouchera obligatoirement sur une indemnisation, fixée par le luge des expropriations Dés lors Il faudra faire appel aux finances communales

Jacques GUERBOIS (Var Matin - 12/01/2001)